Les différents registres de l’état-civil

Exemple de registres des AD67La première fois que je suis allé sur le site des archives départementales du Bas-Rhin, je l’ai trouvé très sympa. On tape le nom de la ville ou du village et on a les registres face à soit : il n’y a plus qu’à choisir celui que l’on veut. Je m’attendais naïvement à trouver un registre par an avec un sommaire, un index trié par ordre alphabétique et par date, etc… Eh bien que nenni ! Pourtant, après des mois à manipuler ces registres, je ne peux que constater l’implacable efficacité du système une fois qu’on l’a bien compris.

Les registres annuels

Chaque année, il y a 4 registres qui sont ouverts :

  • les naissances (N)
  • les publications de mariage (PM)
  • les mariages (M)
  • les décès (D)

Parfois, pour les très petites communes, il n’y a qu’un seul cahier qui regroupe les quatre types d’actes.

Chaque registre comporte les actes numérotés dans l’ordre d’arrivée et donc, en général, dans l’ordre chronologique des événements. Attention : il peut arriver pour les naissances ou les décès que la déclaration ait été faite quelques jours plus tard et que plusieurs autres actes aient été réalisés entre temps. Feuilletez donc toujours quelques pages plus loin si vous ne trouvez pas l’acte là où vous l’attendiez. Et si vraiment vous ne trouviez pas ? Commencez par vérifier que vous consultez le bon cahier : chercher une naissance dans celui des décès a peu de chances d’aboutir (ne riez pas, je l’ai fait…). Sinon, il vaut mieux consulter les tables décennales.

Les tables décennales (TD)

Ces registres sont des index des événements, classés habituellement par ordre alphabétique ! Quand on ne connait pas une date précise, c’est là qu’il faut chercher et pour les mariage c’est en général la solution la plus efficace. Ils regroupent dix ans de registres, par exemple 1842-1853, en citant toujours d’abord toutes les naissances, puis tous les mariages, puis tous les décès. Parfois, l’indexation au sein d’un type d’acte est faite par lettre, puis par année. Ainsi on a tous les A de 1842, puis tous les A de 1843, etc… avant de passer aux B. Regardez avec attention les premières pages du registre pour voir comment le rédacteur a choisi de faire. Cela vous évitera de rater des actes. De plus, lorsque vous cherchez un patronyme (un nom de famille), notez tous les noms et les dates de ce patronyme. Cela vous permettra peut-être de détecter un parent que vous n’aviez pas encore vu (frère, sœur, cousin, etc…).

Il y a des jours où j’ai eu envie d’offrir une bouteille à l’officier d’état-civil qui a réalisé la table décennale sur laquelle j’ai trouvé la date que je cherchais ! Et vous ? Trouvez-vous aussi que les TD vous sauvent souvent la mise ?

2 Commentaires

  1. Fabrice
    22/05/2013

    Bonjour,
    Je tiens à ajouter que dans certains registres annuels, il existe un index (en début ou en fin). Ce qui permet d’avoir une vision d’ensemble pour l’année.
    Il est effectivement intéressant d’analyser les TD. Au bout d’un moment lorsqu’on a les noms et prénoms d’individus recherchés en tête, il arrive qu’on tombe dessus par hasard. Dans tous les cas, ce travail d’indexation est un gros travail, chapeau aux officiers d’états!

    Fabrice

    • Olivier
      24/05/2013

      Bonjour Fabrice,

      Effectivement, l’index présent parfois dans les registres peut aider. Moi, je ne l’utilise que rarement pour l’instant… Peut-être à tord ? Je vais y prêter plus d’attention !

      À bientôt,
      Olivier

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>